La créatrice Helena Ichbiah d’Ich&Kar a voulu un espace Blade Runner/minimaliste : un lieu compact, rythmé, une ambiance dorée, chaleureuse, immersive.

Côté rue, la façade d’OTTO a été pensée sobre, épurée, élégante et noire. Le luxe d’une adresse secrète en pleine rue Mouffetard pour affirmer une nouvelle génération qui s’affranchit des codes du quartier. Un lieu un brin rive droite, trendy et bouillonnant au cœur du 5e arrondissement ! 

Côté déco, pas de clinquant. Plutôt de l’efficace, de l’épuré, du sobre et du sombre rehaussé de touches dorées.

 

 

 

 

 

Miroirs et béton du sol au plafond

 

La cuisine, c’est l’îlot central de la salle. Circulation, distribution de l’espace : tout part des fourneaux. Avec un comptoir en noyer, paré de plaques d’essai de bain de dorure, qui miroitent. Ça scintille, tel un repère dans l’obscurité. Helena Ichbiah parle de « croisement entre Blade Runner et du compact minimaliste ». À cela s’ajoute de hautes assises, des banquettes vêtues de velours, du béton du sol au plafond et un jeu de miroirs dorés qui duplique l’espace à l’infini. Tel le palindrome de son nom, le restaurant, créatif, immersif, se lit dans tous les sens. Un travail cadré, rythmé, débridé.

coupe du restaurant facon isakaya pour le nouveau lieu OTTO de eric trochon imaginé par ichetkar
« Je ne voulais pas d’un lieu de plus. Je voulais travailler avec Helena Ichbiah et ça fait toute la différence. » 

Éric Trochon​

Inspiration Izakaya

Dans l’idée des Izakaya, ces petits restaurants/bar à saké de rue au Japon, la cuisine est au cœur du lieu. Tel un monolithe, elle se dresse au centre et distribue l’espace. Les convives s’alignent autour du chef sur des assises hautes Cornet de chez Hay. 

plan de sol du bar facon isakaya pour le nouveau lieu de eric trochon imaginé par ichetkar

Au fond un second espace convivial : des banquettes basses en velours safran viennent peaufiner la « solarité » de l’espace, les tabourets soft edge de hay en bois noir accentue la touche artisanale.

ich&kar

Comme un bijou…

A gauche, un bar construit avec des plaques d’essai de bain de dorure comme autant de cartes postales miroitantes qui forment un paysage.

ichetkar conçoit un bar construit avec des plaques d’essai de bain de dorur pour le nouveau lioeu de Éric Trochon et ses associés Stéphane Offner et Tony Alvarez

Merci Thomas Nallet

3D dessiné par ichetkar. du restaurant à la cave ichetkar imagine tout du nouveau lieu rue moufetard de eric trochon et ses associes Stéphane Offner et Tony Alvarez
du restaurant à la cave ichetkar imagine tout du nouveau lieu rue moufetard de eric trochon et ses associes Stéphane Offner et Tony Alvarez

OTTO, ce mot court de 4 lettres peut se lire indifféremment de gauche à droite ou de droite à gauche et garde pour autant le même sens. C’est un palindrome ! Ich&Kar s’est servi de ce cas particulier de l’anagramme et a joué avec pour en faire la puissance créative de son identité visuelle. Un nom, deux personnes et deux assiettes, une architecture comme un temple sacré… un infini aussi.

Années Folles – identité post-confinement

Helena Ichbiah s’est inspiré de l’univers illustré du graveur belge Frans Masereel, tel un clin d’œil aux années folles, pour l’identité graphique d’OTTO. Elle a ainsi retenu le thème de l’explosion, pour « explosion des saveurs » et « explosion de joie ». Une façon d’incarner légèreté et liberté retrouvées.

Stéphane Offner et Tony Alvarez-Parage, deux amis d’enfance, s’associent avec le chef étoilé et Meilleur Ouvrier de France, Éric Trochon pour lancer l’aventure OTTO où ils marieront bonne cuisine et bonnes bouteilles, dans un lieu beau pour les yeux et pour les papilles.

OTTO, ce sont de petites assiettes à partager accompagnées d’une carte de vins exceptionnelle, dans une ambiance débridée autour de mets de qualités et un service chaleureux.

L’inspiration du lieu est puisée dans la tradition de l’Izakaya, bar à saké japonais où le chef, depuis son comptoir, envoie rapidement les petits plats à la foule verre en main.

Chez OTTO, dans une volonté d’afterwork repensé, on découvre une bouteille singulière, on commande des assiettes aux goûts francs et distingués qui se succèdent rapidement — sans hiérarchie entre chaud, froid, entrée ou plat, dans une ambiance de cave à manger centrée autour du partage. Tout est délicatement choisi, travaillé, présenté dans cette cuisine instinctive au niveau de savoir-faire assez raffiné pour improviser et se laisser porter.

Vins d’auteurs, vin nature, biodynamiques, cocktails et alcools de qualité, la boisson est ici élevée au rang de collection accentuant l’aspect nocturne envolé du lieu.

Le chef Éric Trochon signera des recettes de saison où le produit sera sublimé, fidèle à sa signature culinaire. Il y proposera notamment des mets cuits au charbon binchotan – charbon japonais – un clin d’œil à la passion pour l’Asie portée par le chef.